Les bienfaits de la musique sur nos vies

J’aime la musique. N’importe laquelle du moment qu’elle m’emporte dans un autre monde. Je serais capable d’en écouter du matin au soir. Et du soir au matin. C’est avant tout un fond sonore qui me permet de combler le silence à la manière de la télévision pour certains. Mais il arrive très souvent que les mélodies me déconcentrent dans mes différentes activités. Elles m’appellent, me demandent de n’écouter qu’elles seules. Et c’est bêtement ce que je fais, simple fascinée que je suis.

 

Les bienfaits de la musique

Comme le dit Aristote dans Politique : « la musique adoucit les mœurs ». Voilà longtemps qu’on parle des bienfaits de la musique sur le corps humain, ou l’esprit, mais qu’en est-il vraiment ? Il a été prouvé par différents spécialistes que la musique, quand elle est appréciée, provoquait une sécrétion de dopamine. La dopamine est plus connue sous le nom d’hormone du plaisir. Jusqu’à là, rien d’anormal, nous avons tous déjà ressentis ce bienfait à un moment ou un autre.

Mais saviez-vous que la musique peut influencer notre corps ? En effet, il a été prouvé par l’Université de Tsukuba (Japon) que la dopamine provoquait une baisse de la tension artérielle. Et le Massachussets General Hospital parle même d’une baisse de la tension artérielle « continue » quand on écoute 20 à 30 minutes de musique par jour. Ecouter de la bonne musique pour allonger notre espérance de vie, le rêve !

Et ce n’est qu’une seule petite chose sur les études qui sont menées par rapport à l’écoute de la musique et son influence sur la tête et le corps. Pour citer quelques bienfaits en vrac : stimulation de la créativité, augmentation des performances cognitives, aide au renforcement des relations sociales, diminution de la perception de la douleur… Et j’en passe. Les études sur le sujet ne manquent pas et sont toutes aussi intéressantes les unes que les autres.

Mais celle-ci peut également nous jouer quelques mauvais tours comme influencer les battements cardiaques puisque le cœur « se calque » au tempo d’une mélodie. Attention donc à ne pas écouter de musique trop rapide si vous voulez vous déstresser !

 

La musique, une drogue ?

En faisant mes petites recherches sur le sujet dans la vaste toile d’araignée qui est Internet, je suis tombée sur une étude de l’Université McGill (Montréal). Des chercheurs ont démontré que l’écoute de la musique pouvait s’apparenter à une drogue. Une drogue !

Pour cette étude, les chercheurs ont administré de la naltrexone à des patients. Il s’agit d’un médicament qui est prescrit lors d’une dépendance à l’alcool, le principe étant de bloqué les opioïdes cérébraux. Après cela, les patients ont écouté leurs musiques favorites et tous ont été unanimes : ils ne ressentaient plus le plaisir lié à l’écoute de la chanson en question.

Pas de panique, si la musique est considérée comme une drogue par le cerveau, les effets sont bien heureusement inoffensifs pour la santé. A moins qu’on s’explose les tympans à force d’écouter de la musique à un volume trop élevé. Mais c’est une autre histoire… Je trouve cela fascinant quand même. Notre cerveau est capable d’anticiper le plaisir d’écouter notre chanson préférée dès les premières notes pour ensuite nous faire frissonner au point culminant de celle-ci. Exactement le même principe que chez les toxicomanes ou les alcooliques.

 

Mon rapport à la musique

Après cela, il est normal que l’on se pose des questions sur notre rapport à cet art. Personnellement, la musique m’accompagne à chaque instant de ma vie. Les seuls moments où je n’en écoute pas, c’est pendant mes heures de travail ou les événements importants. Et encore, pour ce dernier point, j’ai simplement arrêté grâce à la maturité et à l’apprentissage du respect d’autrui. Je peux, alors, vraiment dire que je suis droguée d’un point de vue scientifique.

Cela va même jusqu’à être angoissée face au silence. Je ne supporte pas ce vide, il faut que je le comble à tout prix et par n’importe quel moyen. Le silence, c’est synonyme d’ennui pour moi. L’hyperactive que je suis ne peut pas faire face à cela, j’ai besoin d’être occupée, stimulée (et ça explique aussi pourquoi je suis une touche-à-tout…). Même si le silence est comblé uniquement par un vague fond sonore que je n’entends pas vraiment, cela m’apaise.  En tout cas, ça m’évite de me focaliser dessus.

Je ne sais pas quand cela a vraiment commencé mais d’aussi loin dont je peux me rappeler, j’ai toujours eu besoin d’écouter de la musique avant de m’endormir. C’est tout bête me direz-vous mais il m’est impossible de trouver le sommeil s’il y a du silence (ou alors c’est parce que je suis clouée au lit avec une forte fièvre). Peut-être aussi qu’il est juste question que je ne veux pas me retrouver avec moi-même… Dans tous les cas, la musique est la seule chose qui m’apaise assez pour trouver le sommeil. Et qu’importe le style, qu’il soit rapide ou lent. C’est ma ritualisation de l’endormissement, une habitude bien ancrée et dont il me sera difficile, voire impossible, de me défaire.

En plus de cela, j’éprouve une véritable fascination pour la musique en tant qu’art. Et pour le coup, je pense que cela vient uniquement de ma personne. Je pourrais passer des heures à regarder des musiciens jouer par exemples. En particulier les guitaristes ou les bassistes. J’éprouve une véritable obsession dans les gestes qu’ils font. Leurs mains deviennent le centre de mon attention jusqu’à occulter tout le reste, sauf la mélodie.

De même pour le concept de création qui se cache derrière. Je serais heureuse de savoir ce qui se passe dans la tête des personnes qui créent, qui produisent. Connaître leurs sources d’inspirations. Appréhender l’idée jusqu’à la retranscrire en note ou en parole. La lassitude face aux essais infructueux. La perception qu’ils ont d’un morceau qu’ils viennent d’achever.

La musique m’aide aussi dans mon quotidien et influence mon humeur. J’écoute de tout, je suis vraiment ouverte d’esprit sur ce point : je peux passer du hard rock au classique sans soucis en quelques secondes. Malgré tout c’est la musique pop qui me fait le plus frissonner, c’est aussi le genre le plus représenté dans mon baladeur. Et pour cause, c’est le genre qui me met le plus de bonne humeur, qui me donne envie de danser, qui me donne tout simplement le sourire.

Il n’y a pas de meilleures choses dans ma vie que de me retrouver seule en voiture et de mettre la musique un peu trop forte pour la survie de mes tympans. Ou bien allongée avec mon casque. C’est des moments qui m’aident à évacuer toutes les ondes et pensées négatives que je peux avoir. Une véritable libération de mon esprit. J’en suis même arrivée au point où je souhaite juste partir à l’autre bout de la France pour passer des heures sans interruption à écouter la musique qui me met en joie.

 

“Si la musique est la partie maîtresse de l’éducation, n’est-ce pas, Glaucon, c’est parce que le rythme et l’harmonie sont particulièrement propres à pénétrer dans l’âme et à la toucher fortement.” République, Platon

10 Replies to “Les bienfaits de la musique sur nos vies”

    1. Merci !

      Oh oui, la musique c’est la base de chez base. Je pensais être un peu folle au moment de l’élaboration de l’article à me dire que je ne passais pas une minute sans musique mais finalement je me rassure en voyant que je ne suis pas la seule 😉

      Xoxo

  1. Jolie découverte que ce blog, je crois que si j’avais dû choisir un métier, j’aurai choisit le tien :).
    Ton article me parle beaucoup, j’écoute de la musique tout le temps. Chaque activité son rythme et son style, lorsque je cuisine et lorsqu’on dîne je mets plutôt du jazz. Pour faire mon yoga le matin, c’est plutôt radio classique, le reste de la journée je me laisses entraîner par les découvertes sur Deezer.
    J’ai beaucoup de mal à vivre sans musique, j’ai toujours une playlist que je fignole au cours des années, que j’aime définir comme ” la bo de ma vie ” 🙂
    Au plaisir de continuer à te lire.

    1. Merci beaucoup :). Libraire est un beau métier mais les offres d’emploi ne courent pas les rues malheureusement…

      J’ai un millier de playlist par rapport à ce que je veux écouter en particulier : chanson française, rap, classique, piano, k-pop… Je me suis même fait des playlist spécial artistes. Je pousse tellement loin que ça en devient inquiétant des fois 😉 Mais au moins, j’ai l’embarras du choix par rapport à mon activité comme tu l’as souligné !

      Au plaisir de te recroiser par ici ou sur ton blog 🙂

    1. Mais qui le peut vraiment ? Il faudrait que je cherche pour savoir s’il existe une étude qui “compte” le nombre d’heures qu’on passe à écouter de la musique par jour, inconsciemment ou non. Dans mon cas, le chiffre doit être affolant 😉

  2. J’ai beaucoup aimé ton article ! La musique est pour moi un moyen d’évasion, de penser à autre chose et d’évacuer le stress. C’est fou ce que peut procurer les instruments, la voix de quelqu’un.. Cela apaise.. C’est limite inexplicable comme sensation ! 🙂

    Des bisous, Lisa

    1. Merci beaucoup pour ton retour 😉
      Oui, c’est exactement cela, c’est inexplicable. Surtout qu’on a tous un avis sur la question. J’aimerais des fois avoir le pouvoir de lire les esprits des gens qui m’entourent pour découvrir leur propre perception de la musique. Ça représente une part importante de ma personne, je le reconnais, mais ça serait intéressant de savoir comment réagissent les autres aux mêmes mélodies. C’est vraiment un sujet fascinant !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.